9ème édition de la Biennale Hors Normes

Cela ressemble à de l’art brut, et vous commencez à connaitre ma passion pour cet art particulier. Bien que certains artistes se revendiquent ici d’un art Naïf, ce n’est pas vraiment le cas non plus. Dans cette exposition les apparences sont trompeuses, mais on comprend leur amour de la matière. Malgré certaines sémantiques que les artistes essaient de faire émerger, c’est la texturalitée de leurs œuvres qui frappe.

Facteur Cheval / J.R.R. Tolkien

Le Palais idéal propose alors de faire le lien avec l’œuvre de J.R.R.Tolkien à travers l’univers graphique, un gout prononcé pour  la nature, la marche, deux hommes qui nous font voyager alors qu’eux-mêmes n’ont souvent traversé que leur contrée. Tolkien n’a alors jamais vu le Palais idéal, cette filiation est donc imaginée, mais fonctionne grâce aux inspirations similaires et ce gout pour le rêve et les mondes oniriques. Car l’architecture du Facteur cheval, c’est un langage, un langage naïf certes, mais vrai. En témoignent les nombreux textes gravés au cœur du palais.

Tutundjian / Di Fabio

La fondation nous offre un ensemble d’œuvres de Léon Tutundjian qui dialoguent avec celles d’Alberto Di Fabio. Deux époques espacées de près d’un siècle et pourtant c’est toute l’évolution de l’abstraction et de la métaphysique dans l’art qui est mis à jour.

Lignes d’horizons

Corto Maltese est un Ulysse moderne, il est capable de nous faire voyager dans les endroits du monde les plus fascinants[1]. L’exposition proposée par le musée des Confluences de Lyon n’a pas à rougir du personnage créer par Hugo Pratt (1927-1995). L’auteur est mis à l’honneur dans cette rétrospective réalisée avec grand soin. Pour aborder cette exposition, il faudra s’attarder sur la scénographie particulière proposée qui met en exergue dans un second temps les influences et inspirations de l’auteur, sa vie et ses voyages. Enfin, nous terminerons sur la particularité de la narration d’Hugo Pratt dans Corto Maltese.

Autour du Bestiaire

« Autour du bestiaire » à la galerie Catherine Mainguy, sont réunis pour une exposition commune, trois artistes, Éric Lacombe, Laurent Martinez et Catherine Mainguy dans un univers intimiste. Ils nous invitent à observer leurs chimères, animaux totems et imaginaires, aux caractéristiques mi-animales mi-humaines qui ne sont pas sans faire échos à notre propre situation, à notre part bestiale, notre âme[1].

La Fête des Lumières

Du jeudi 6 au dimanche 9 décembre c’est la Fête des Lumières, une proposition somme toute onirique et féerique mais tout aussi artistique. La lumière et l’art partagent une histoire commune, de la représentation des premières peintures rupestres aux différentes techniques picturales du clair-obscur à la technique photographique. Des artistes comme Man Ray et des installations entre ombre et lumière comme celle de Christian Boltanski parsèment l’histoire de l’art contemporain. Aujourd’hui la ville de Lyon et les artistes invités récupèrent cet héritage pour faire rêver les passants dans des projections sonores et lumineuses fantastiques non sans lien avec cette fameuse notion d’hétérotopie. Je vous propose ici mon top 7 des installations à ne pas manquer dans un ordre cohérent pour une balade des plus agréables.

L’envol

Aujourd’hui on se retrouve à la Maison Rouge pour sa toute dernière exposition. Une exposition emprunte d’une nostalgie pour un musée qui fut mon premier sur Paris il y a plus de 10 ans maintenant. Mais quelle expo ! L’envol, ou le rêve de voler regroupe des œuvres d’art moderne, contemporain, brut, ethnographique et populaire, plus de 200 œuvres entre installations, films, documents, peintures, dessins et sculptures.